Archive pour la catégorie ‘Shopping diet’

Question existentielle sur les lunettes – part 1

Mercredi 26 octobre 2011

Des lunettes, tiens tiens tiens.

Oui, je porte des lunettes depuis 6 ans. Oh, pas tout le temps, juste pour faire quelques futilités comme conduire, rester sur l’ordi ou regarder le look de la nana là-bas au coin de la rue. Attention vous allez avoir un choc: j’ai les mêmes montures depuis 6 ans. Rapport au fait que parfois je suis un peu râpe et ça m’embête de dépenser là-dedans. Surtout compte-tenu du fait qu’on nous prend un peu pour des couillons au niveau des prix…

Pourquoi l’effet spécial en haut de post me diras-tu?! Hé bien parce que je me suis décidée à changer pour une paire moins secrétaire cochonne et un peu plus… plus je sais pas quoi, mais moins cochonne.

J’ai connu Jimmy Fairly par l’intermédaire de … mon mec. Oui, la modasse n’est pas toujours là où on le croit (oui, il fait trop bien à manger et me fait découvrir des sites, j’ai de la chance non?) ! Là, tadaaaam, c’est moins de 100e verre + monture ! Oui jeune modasse, tu as bien lu ! Essai gratuit de 4 paires au choix (d’où la photo à l’effet spécial là haut), made in France, du choix en veux-tu en voilà, 1 paire achetée 1 paire offerte pour une asso… Comme dirait Valérie Damidot, j’ai envie de dire que c’est top non ?! En plus on peut même en acheter sans correction, pour le style… héééé oui.

Saurez-vous deviner laquelle va venir sur mon nez ?! Superbe lot à gagner : un cil ! Oui, c’est inédit. Alors joue toi aussi ! Oui bon, on ne voit rien, alors vous pourrez les voir ici: ça, ça, ou ça, ou encore ça?!

Pour vous aider, quelques petites inspirations (encore) de filles à quequette lunettes. Je sais que les filles obligées de porter des lunettes non stop vont me haïr, mais j’ai toujours eu envie de porter des lunettes. Je trouvais ça « trop stylé » (genre à 7 ans) (j’étais précoce). Je trouve que ça rajoute « un plus » à la tenue, comme les cheveux ou le rouge à lèvres.

PS : Oui, je vous parlerai de la commande & tout le reste en détail dès que je reçois la version à ma vue. Quel suspense insoutenable.

Ah ahhh oui il y avait des carambars dans le colis!! hihi

****

L’utilité des erreurs de parcours (et une photo avec des vestes, aussi)

Mercredi 17 août 2011

(Si tu lis tout, tu pourras trouver le rapport avec cette accumulation de vestes)

On a toutes rencontré plusieurs types de femmes autour de nous. A commencer par notre mère, notre grand-mère, une tante, une grande sœur ou que sais-je.

Ma mamie, que j’ai toujours trouvé très belle et ce jusqu’à ces derniers jours, dégageait à mes yeux une force et une fragilité incroyables. Celles d’une femme qui a vécu des choses pas bien drôles mais qui s’est relevée, qui a gardé ses blessures qui l’ont rendu belle et forte; celles d’une femme affirmée, douce, gentille, drôle, avec du caractère, sensible. Celle que j’ai envie de devenir.

Et puis il y avait son style. Il n’avait rien d’extraordinaire, non, mais il me touchait. Je me souviens qu’elle portait beaucoup de pantalons 7/8, et que c’était pour moi le signe d’une femme moderne, qui découvrait souvent ses chevilles, fines, sa peau qui avait vécu, et je trouve ça super féminin. Son regard bleu presque transparent qui jouait à merveille avec son rouge à lèvre carmin. Son grain de beauté dans l’oeil, aussi.

Ma mère, elle, a toujours le même style depuis… toujours (mais quand même, heureusement que tu ne mets plus autant de fard à paupière que lorsque tu avais 20 ans). L’autre jour elle a ressorti ses vieux perfecto et je me suis écriée, devant témoin en plus, que je m’en souvenais comme si c’était hier, qu’elle portait ce truc tout le temps. Elle porte toujours des perfecto. Elle porte toujours des chemises à carreaux, des jeans retroussés, des chemises. Je me souviens aussi de ce gros pull en maille irlandaise couleur crème, totalement élimé mais totalement cool qu’elle portait souvent jambes nues à la maison. Je crois qu’elle ne s’est jamais posé la question « c’est moi cette fringue ou pas? » parce que simplement c’est juste évident pour elle.

Elles ont toutes les deux des silhouettes différentes. Ma mère est très très fine (saloperie de génétique), ma grand mère avait plus de formes. Finalement, je leur trouve aujourd’hui beaucoup de similitudes dans leur style. Même s’il y a plus important qu’éduquer ses enfants au bon goût vestimentaire, il y a des choses qui nous marquent.

Il y a eu l’adolescence, terrain hautement hasardeux dans la vie vestimentaire d’un être humain (sauf certaines ados que je vois aujourd’hui qui ont un look aussi pointu que celui de Taylor Tomasi… comment font-elles ?!). J’aimais les trucs classes genre tailleur, jean/talons, les trucs moulants (j’étais bonne), les talons. Après une période floue et puis une période baby doll sucrée cucu, une période détendue du slip, une période… enfin tout ça pour dire que j’ai vécu plusieurs étapes pour me rendre compte que je suis aujourd’hui en paix avec mes influences et mes inspirations, que je pense avoir trouvé mon style, et je travaille encore pour trouver un équilibre vestimentaire (?). J’ai envie de porter des pantalons, des jeans simples, des jupes plus moulantes, des chemisiers parfaits, des trucs simples et « classes »,  mixés avec un peu de coolitude (viens on s’en fout on invente des mots) et de rouge à lèvres. Et de jolis cheveux.

Concrètement (oui, j’y viens), je me suis vraiment lassée de porter des jupes tutus, qui ne flattent pas mes formes. Idem pour les robes boules. Je ne dis pas non à une robe baby doll (je pense à ma robe noire plissée dans laquelle je me sens juste « moi »), je dis oui aux grands pulls, aux t-shirts loose portés avec un jean slim et juste une paire de talons. J’ai envie de beaux blazers (tu vois, qu’il y a un rapport avec la photo d’ouverture, mauvaise langue) et je ne pourrais jamais dire non à une paire de chaussures qui finira mon look, là dessus je pense ne pas pouvoir faire de concession, c’est ma came, la clé de mes looks (rien que ça). En un mot: simplicité.

J’ai compris que ma passion est la mode, et que j’aime les vêtements et pas l’inverse. Aimer les vêtements ne justifie pas le fait d’en avoir 3 tonnes, n’est-ce pas? Mais être passionnée de mode justifie mon amour pour les magazines avec de belles photos de mode. Vous voyez où je veux en venir? En gros, maintenant que je suis en paix avec mes influences et que, grâce à mes erreurs de parcours, je sais quel look j’ai envie d’avoir, je vais pouvoir allier sereinement mon amour de la sapes et ma passion de la mode :)

Ca m’intéresse de connaître votre parcours à vous ! Vous vous êtes trouvés tout de suite ? Vos influences ? Tout va bien sinon ?

PS: Ce texte a été écrit avant la lecture du bouquin « L’art de la simplicité » (bouquin qui cartonne bien chez la blogueuse mode, tu noteras). Maintenant, je commence à le lire parce que j’aime bien avoir un avis sur les choses, je pense que ça fera l’objet d’un prochain article.