En fait, c’est toujours un bon moment de préparer une huile à base de plantes ! Les herbes de jardin telles que le romarin, le basilic, la menthe, le persil et le fenouil sont désormais disponibles toute l’année et attendent d’être récoltées. Il est facile de fabriquer des huiles à base de plantes et des huiles d’assaisonnement. De toute façon, le travail principal est fait par la nature – il faut juste avoir un peu de patience.

Quelles huiles vont avec quelles herbes ?

Les huiles comestibles et les herbes constituent un couple idéal. Les herbes contiennent des huiles essentielles et des substances aromatiques liposolubles, et les huiles comestibles peuvent absorber et, dans une certaine mesure, conserver ces substances volatiles. De plus, la vitamine E, un antioxydant naturel contenu dans les huiles, augmente la durée de conservation.

Les huiles de base appropriées sont l’huile de tournesol, de germe de maïs, de carthame/chardon, de colza ou de soja. Ils ont un goût relativement neutre et peuvent être aromatisés avec toutes les herbes.

Les ingrédients tels que le citron, le zeste de lime et les champignons séchés se marient bien avec l’huile de pépins de raisin. Les herbes aromatiques fortes telles que la menthe, l’origan, le romarin, le thym, le basilic, les piments, le laurier et l’ail s’harmonisent mieux avec une huile d’olive pressée à froid.

Des ingrédients de haute qualité dans l’huile d’assaisonnement

Les herbes congelées ne sont pas une alternative, elles ont déjà perdu trop de leurs substances aromatiques et ne produisent ni une couleur appétissante ni un bon goût. En outre, même les herbes séchées ne sont généralement pas très appropriées.

Préparation d’huiles à base de plantes

Les herbes sont lavées et séchées très soigneusement, car l’humidité restante trouble l’huile. Dans le cas des herbes ligneuses telles que le thym, le romarin et la sauge, le fait de les presser aide à augmenter le rendement aromatique. Les herbes et les épices sont placés dans une bouteille propre, sèche et facile à fermer, et sont entièrement baignées avec l’huile de son choix.

Après deux à trois semaines, l’huile est aromatisée. Il faut maintenant la filtrer. Vous pouvez utiliser un filtre à café. A la fin, il est judicieux d’étiquetée la nouvelle bouteille avec le nom de l’huile et sa date de production. Bref, votre huile d’assaisonnement est prête à l’emploi.

Risque sanitaire des huiles faites maison ?

Ne préparez jamais d’huile à base de plantes plus que ce que vous pouvez consommer en peu de temps. Le stockage de l’huile d’herbes faite maison, ainsi que les légumes qui ont été marinés dans l’huile eux-mêmes, peut engendrer un risque de multiplication de la bactérie Clostridium botulinum.

Une toxine botulique qui est une toxine nerveuse pouvant causer le botulisme chez l’homme, peut se former. Il s’agit d’une maladie grave, qui se manifeste initialement par des symptômes tels que des nausées et des vomissements et qui, dans le pire des cas, peut entraîner une paralysie respiratoire et une suffocation. Aux États-Unis et au Canada, quelques foyers ont été signalés après la consommation d’ail dans l’huile.

Prévenir le botulisme

Pour réduire le risque de multiplication de Clostridium botulinum, les ingrédients doivent toujours être soigneusement lavés et séchés avant de les ajouter à l’huile. Toutefois, cela ne garantit pas une élimination complète des germes.

C’est pourquoi vous devez également tenir compte des conseils suivants :

La teneur en eau de l’huile d’assaisonnement doit être maintenue aussi faible que possible et l’acidité aussi élevée que possible.

L’huile doit toujours être conservée au réfrigérateur, car les bactéries sont moins capables de se multiplier à basse température.

Le risque de développement de la toxine botulique augmente avec une période d’exposition plus longue. Par conséquent, consommez l’huile le plus rapidement possible.

Si l’huile est chauffée à une température élevée avant d’être consommée, par exemple lorsqu’elle est utilisée pour la friture et la cuisson, les toxines présentes peuvent être éliminées.

Veuillez noter que les conditions de fabrication de l’huile à base de plantes faite maison ne peuvent pas être contrôlées comme pour les produits industriels. Par conséquent, le risque de formation de toxine botulique ne peut jamais être totalement exclu.

Suggestions de recettes pour les huiles d’assaisonnement

Huile de persil : ajouter un bouquet (50 à 75 grammes) de persil lisse et une cuillère à café de sel à 100 ml d’huile de pépins de raisin ou d’huile de carthame. L’huile de persil convient à toutes les salades vertes et mixtes et à la salade de tomates ; elle convient également aux filets de poisson frits.

Huile de piment : Ici, trois piments rouges, que vous avez égrappés et dénoyautés, sont coupés en petits morceaux. Ajoutez 100 ml d’huile de soja. Cette huile est particulièrement adaptée au chili con carne, aux plats de légumes asiatiques et aux marinades pour barbecue.

Huile pour barbecue : une branche de romarin, une branche d’origan, une branche de thym et une branche de sauge, une gousse d’ail (pelée), un piment, des graines de moutarde et des graines de coriandre feront une délicieuse marinade avec 100 ml d’huile d’olive.